Harmonie et bien-être

Articles by Satyanarayana DasaComments Off on Harmonie et bien-être

La création matérielle se manifeste à partir d’un point d’énergie très concentré. Alors les scientifiques le croient-ils ? En Suisse, ils expérimentent la simulation du début de la création à l’intérieur d’un tunnel spécial de 27 km de long construit à cet effet.

La création matérielle se manifeste à partir d’un point d’énergie très concentré. Alors les scientifiques le croient-ils ? En Suisse, ils expérimentent la simulation du début de la création à l’intérieur d’un tunnel spécial de 27 km de long construit à cet effet. Dans la littérature védique, le point d’énergie très dense est appelé prakriti. Le mot « prakriti » signifie « un grand produit » ou « une grande action ». Le terme  peut également se traduire par « un grand flux ». La prakriti est une grande source d’où découle l’univers et vers laquelle tout semble couler. C’est l’état non manifesté de la matière. En réalité, étant très subtile, c’est la matière à l’état d’énergie. La matière grossière perceptible et la matière subtile imperceptible se manifestent à partir de cette énergie, appelée également « matière primordiale ». La matière manifeste a tendance à couler vers sa source. L’eau coule vers l’océan, les flammes montent et tout objet projeté en l’air retombe sur terre. La prakriti elle-même est dans un flux sous la forme de création, d’existence et d’annihilation. À l’instar de la prakriti, c’est-à-dire de la source, tous ses produits, à commencer par les atomes jusqu’aux galaxies, suivent un certain cycle.

Le flux est nécessaire pour que l’univers continue d’exister. Le flux est un progrès et il est agréable. Il est comparé au fait de nager le long d’un ruisseau. Travailler à contre-courant peut être gênant, alors que la matière a tendance à suivre son flux naturel.

En harmonie avec la source

Les êtres humains, cependant, ont la capacité d’être dans le flux ou hors de lui. La conscience a le potentiel de faire le choix. Nous pouvons choisir d’être dans le flux du samsara, c’est-à-dire du monde matériel, ou d’en sortir et d’entrer dans le flux de l’amour. Ce sont les deux seuls choix qui s’offrent à nous. Comme la prakriti est la source des objets matériels, la Conscience Suprême est la source de l’énergie consciente individuelle, car il serait illogique de penser que la conscience puisse avoir son origine dans la matière. Par conséquent, le véritable moteur inhérent à tous les êtres conscients est d’être en harmonie avec leur source, la Conscience Suprême.

Cependant, n’ayant pas la connaissance de notre source réelle, nous la confondons avec la prakriti et nous luttons à l’intérieur de la matière. Même en étant dans ce royaume, nous pouvons éprouver le confort et la paix si nous sommes en harmonie avec notre propre nature matérielle qui fait partie de la grande nature, la prakriti. Cela se produit lorsque nous agissons selon notre nature acquise avec une absorption complète dans nos actes sans être distraits par le résultat. Le flux, également appelé « expérience optimale », est un concept développé par Mihaly Csikszentmihalyi, l’auteur du célèbre livre intitulé Flow, et propagateur de la psychologie du flux. Il l’appelle « l’état dans lequel les personnes sont tellement impliquées dans une activité que rien d’autre ne semble avoir d’importance ; l’expérience elle-même est si agréable que les personnes la feront même à grand prix, pour le simple plaisir de le faire ».

Le yoga de l’action

Pour le bien-être d’un individu et de la société, un flux est nécessaire. S’il n’y a pas de flux dans la vie d’un individu, il y aura de la frustration, du découragement, de l’insécurité, de la colère, de la violence, de la corruption et du terrorisme. Les individus font la société. Ainsi, sans flux dans la vie des individus, toute la société sera perturbée et pleine d’agitation, comme nous pouvons le voir actuellement. De ce fait, apporter du flux dans notre vie est une étape nécessaire.

Ce flux, appelé yoga dans la Bhagavad Gita (le nishkama-karma-yoga pour être très précis), n’est pas une forme de méditation solitaire mais il fait partie de nos activités quotidiennes, que ce soit au bureau, à la maison ou sur le terrain de sport. C’est le yoga de l’action et non le yoga du renoncement.

Il est à noter que Shri Krishna parle d’un autre type de flux qui est supérieur au flux décrit par Csikszentmihalyi. Il s’agit du flux spirituel. En tant qu’êtres humains, nous avons un corps matériel et une âme qui en est distincte. Le corps matériel est le produit de la prakriti, et nous nous sentons bien en étant en harmonie avec la prakriti. Or, plus haut que cet état est l’état d’harmonie avec la Conscience Suprême, qui est la source de notre conscience individuelle, l’âme.

Par conséquent, être dans le flux matériel, bien que ce soit un état supérieur par rapport à l’état de l’absence d’un tel flux, est finalement insatisfaisant pour la conscience ou l’âme. Bien que Csikszentmihalyi conseille de se lancer dans nos tâches professionnelles, cela nous incitera finalement à en sortir. Shri Krishna a déclaré dans la Bhagavad Gita (4.33) que tous les flux matériels aboutissent à un flux spirituel. Le flux spirituel est le flux ultime, et le plus épanouissant qui plus est. L’ayant atteint, l’individu n’aspire plus jamais à rien d’autre (BG 8.21).

Perfection et bien-être suprêmes

Pour atteindre le flux ultime, il est important de comprendre et d’avoir l’expérience du flux inférieur, c’est-à-dire du flux matériel. Ce dernier apportera le bien-être matériel, alors que le flux spirituel accordera le bien-être ultime auquel nous aspirons, inconsciemment et parfois sciemment. Puisque nous avons un corps matériel qui a des besoins matériels, il est nécessaire d’y subvenir, mais il ne faut pas rester absorbé uniquement par la satisfaction des besoins inférieurs.

Même si quelqu’un atteint le flux tout en fonctionnant au niveau inférieur de la prakriti, tôt ou tard, il se sentira vide. La raison en est la suivante : une fois les besoins physiques satisfaits, le besoin réel de notre être véritable, l’âme, entre en jeu. Ce besoin ne peut être satisfait par aucune situation matérielle, y compris par le flux de Mihaly Csikszentmihalyi, que nous appelons le flux matériel.

Par conséquent, un être humain peut essentiellement se trouver dans trois situations : sans flux, dans le flux matériel et dans le flux spirituel. La première situation est malsaine. La deuxième est bonne, mais seulement d’un point de vue matériel. En réalité, elle n’est bonne que si elle est utilisée comme tremplin vers le flux spirituel. Sinon, elle se détériorera bientôt vers un état malsain. Le troisième état est l’état de perfection et de bien-être suprêmes.

Satyanarayana Das

Notify me of new articles

Comments are closed.

  • Satyanarayana Dasa

    Satyanarayana Dasa
  • Daily Bhakti Byte

    Tamasic action is always taken out of delusion – without considering the consequences of how you will harm yourself or others.

    — Babaji Satyanarayana Dasa
  • Videos with Bababji

  • Payment

  • Subscribe

  • Article Archive

  • Chronological Archive

© 2017 JIVA.ORG. All rights reserved.