Nama-aparadhas : la septième offense

Selon les shastras, la shraddha est le fondement de la vie spirituelle. Quant au chemin de la bhakti, cela inclut la shraddha dans le pouvoir du nom de Krishna.

Commettre des péchés sur la puissance du Saint Nom

Selon les shastras, la shraddha est le fondement de la vie spirituelle. Quant au chemin de la bhakti, cela comprend la shraddha dans le pouvoir du nom de Krishna. Il y a des centaines d’affirmations dans les shastras qui déclarent que même si une personne chante le nom par hasard, elle sera libérée de toutes ses fautes. Mais cela ne donne pas le droit de commettre des péchés. L’offense consistant à commettre des péchés en comptant sur la force du nom de Krishna est examinée par Shri Jiva Gosvami dans la sous-section suivante du Bhakti Sandarbha.

L’anuccheda 265.7

La septième offense, à savoir commettre des péchés en comptant sur la puissance du nom, doit être comprise de manière suivante. C’est un fait établi que le nom absout un pratiquant même des péchés qu’il a commis en comptant sur la puissance du nom. Pourtant, c’est par le pouvoir du nom qu’il s’est d’abord engagé avec l’intention d’atteindre les pieds de lotus de Shri Bhagavan Lui-même, qui est l’essence condensée de l’existence, de la conscience et de la félicité, tout comme Il le but suprême de la vie humaine (parama-purusartha). En revanche, en comptant sur la puissance du même nom, le pratiquant s’efforce d’accomplir ses objectifs pécheurs, qui sont méprisables. Il s’agit d’un cas de méchanceté extrême (parama-dauratmyam). Par une telle action, l’offenseur abuse grossièrement du nom. Par conséquent, il est certain en effet qu’il encourt une offense des millions de fois plus grave que le péché commis.

En conséquence, le verset du Padma Purana conclut que pour un tel offenseur, les moyens de purification par les règles (yamaih) n’existent tout simplement pas (na vidyate tasya yamair hi śuddhiḥ). Le mot « yamaih », lit., « par des règles », signifie « par les nombreuses restrictions morales prescrites (yamas) et codes éthiques (niyamas) ». Même après avoir subi l’expiation en appliquant de manière extensive de telles règles, la purification de l’offenseur reste inexistante (shuddhi-abhava). Sinon, le mot « yaih » peut signifier « par toute une série de Yamas » [le deva qui administre le châtiment à l’offenseur après la mort]. Dans ce cas, la déclaration signifierait que même après avoir été puni par de nombreux Yamas, chacun d’entre eux occupant l’un après l’autre le siège de l’autorité, la purification de l’offenseur reste inexistante. Cette conclusion est certainement appropriée pour les deux raisons suivantes.

Tout d’abord, pour la personne qui commet des péchés en comptant sur la force du nom, l’expiation n’est possible que si elle s’engage à nouveau à chanter continuellement le nom [et non par des yamas], comme indiqué dans cette déclaration du Padma Purana : « Seuls les noms divins peuvent purifier les péchés de ceux qui commettent des offenses contre le nom. Ce n’est que lorsque ces noms sont chantés sans cesse qu’ils apportent le résultat escompté » (PP, « Brahma-khanda » 25.23). Deuxièmement, selon le verset du Padma Purana cité plus haut dans cet anuccheda (sarvaparadha-krid api, PP, « Brahma-khanda » 25.12-13), un offenseur du nom, même s’il est doté de dévotion envers Bhagavan, doit récolter les conséquences d’un tel acte sous la forme d’une chute (adhah-pata).

Le meurtre de Vritrasura commis par Indra, cependant, fut accompli sur la base de son culte voué à Bhagavan sous forme d’un sacrifice de cheval, ce qui fut approuvé par les sages dont l’intention était de soulager le monde de l’oppression [asurique] et de purifier Vritrasura de son tempérament impie (asura-bhava) [après l’avoir tué]. Par conséquent, cela ne doit pas être considéré comme une offense.

Commentaire de Satyanarayana Dasa

Le nom est tout-puissant et il peut libérer une personne qui a pris refuge auprès de lui de toutes les réactions aux actes pécheurs commis antérieurement. Si un pratiquant a confiance dans ce principe et commet ensuite un méfait, tout en pensant qu’il sera absous de toute réaction coupable en chantant le nom, alors ce sera une offense. La raison en est que bien qu’une telle personne ait confiance dans le pouvoir du nom, elle en abuse pour effacer ses péchés. Au lieu de servir le nom, elle l’engage à son propre service. De plus, elle utilise le nom le plus pur pour nettoyer certains péchés abominables. Cela est comparable au fait de faire un empereur nettoyer les toilettes de quelqu’un.

Le nom a le pouvoir d’accorder l’amour divin, lequel est le but le plus élevé qu’il soit possible d’atteindre dans la vie humaine. Au lieu de cela, certains pratiquants ne l’utilisent que pour la tâche insignifiante consistant à purifier leurs péchés. De plus, une telle personne n’a pas confiance dans le fait que le nom peut conférer tous les avantages matériels, lesquels peuvent être obtenus par d’autres méthodes. Une telle personne ne peut être purifiée qu’en prenant pleinement refuge auprès du nom. Aucun autre acte pieux d’expiation ne peut la soulager de l’offense, de même qu’une offense commise contre un empereur ne peut être absoute que par la grâce de l’empereur.

À suivre

Notify me of new articles

Post comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Satyanarayana Dasa

    Satyanarayana Dasa
  • Daily Bhakti Byte

    Speak as much is needed. Over-talking usually brings disturbance to oneself and to others. If not, it is still a waste of time.

    — Babaji Satyanarayana Dasa
  • Videos with Bababji

  • Payment

  • Subscribe

  • Article Archive

  • Chronological Archive

© 2017 JIVA.ORG. All rights reserved.